(Article remanié régulièrement. Des informations utiles peuvent être ajoutées). Version 13 juin 2020.
——
Les organismes de santé publique mettent à disposition une information pour les futurs tatoués concernant les risques et les précautions à respecter après la réalisation d’un tattoo. Prenez soin de vous renseigner : Santé Canada.
En ce qui concerne le Covid-19, merci de vous référer au protocole sanitaire après Covid-19 en place.
Une formation « Hygiène et salubrité dans les pratiques du tatouage » doit avoir été effectué par votre tatoueur auprès d’un organisme agréé et reconnu.
Tout traitement médicamenteux est à signaler à votre tatoueur avant la première séance.
Les risques et les précautions à respecter dans le cadre d’un acte de tatouage sont affichés dans l’atelier.


SOMMAIRE

  1. Un tatouage implique une effraction cutanée
  2. Le respect de mesures d’hygiène strictes
  3. Les soins et les précautions
  4. Les aiguilles
  5. De quoi est faite l’encre ?
  6. Contre-indications
  7. Le soleil avant tatouage ?
  8. Peut-on se faire tatouer quand on est enceinte?
  9. Bas de dos et péridurale ?
  10. Les grains de beauté ou autres anomalies de peau sont-ils gênants pour tatouer?
  11. Les allergies ?
  12. Peut-on faire une allergie à l’encre ?
  13. En cas de pilosité importante ?
  14. Tatouage des cicatrices ?
  15. Comment bien réussir une séance de tatouage ?
  16. Soins et cicatrisation
  17. La cicatrisation avec application de pommade ou crème
  18. La cicatrisation en milieu humide
  19. Comment savoir si c’est cicatrisé ?
  20. Le rejet d’encre ?
  21. Les croûtes ?
  22. Pertes de petites peaux de couleurs ?
  23. Le tatouage est enflé, après sa réalisation ?
  24. Tattoo en relief ?
  25. Le tatouage est enflé, mais il est cicatrisé ?
  26. Que faire si une éruption cutanée apparaît ?
  27. Réaction inflammatoire
  28. La couleur varie-t-elle au fil du temps ?
  29. Pourquoi il y a parfois des manques de couleurs ?
  30. Si le tatouage « pèle » est-ce normal ?
  31. Ça démange
  32. La sueur
  33. Peut-on aller à la plage après ?
  34. Le soleil après tatouage ?
  35. Quelles sont les conséquences d’un coup de soleil sur un tatouage?
  36. Le henné noir ?

1. Un tatouage implique une effraction cutanée au même titre qu’une piqûre

Cet acte peut donc introduire, chez la personne qui le subit, des germes (bactéries ou virus), si ces germes sont présents sur la peau (du client ou du tatoueur) ou sur les instruments utilisés ou sur la peau.

L’acte du tatouage entraîne également de minimes saignements ou de microscopiques projections de sang ou de liquides biologiques (pas toujours visibles) et peuvent donc transmettre des infections. Ces contaminations (transmission de germes, en particulier de virus des hépatites B et C) sont exceptionnelles, mais leur extrême gravité nécessite de prendre toutes les précautions pour les éviter.

2. Le respect des mesures d’hygiène strictes par le tatoueur permet de limiter au maximum le risque de contamination

  • l’utilisation de matériel à usage unique
  • la propreté des locaux
  • le lavage des mains avant et après chaque acte
  • la désinfection de la peau du client
  • la stérilisation de tous les matériels pénétrant la peau
  • en ce qui concerne le Covid-19, merci de vous référer au protocole sanitaire en place

3. Les soins et les précautions

Les soins et les précautions apportés au tatouage dans les jours suivant sa réalisation ont autant d’importance que les conditions dans lesquelles il a été effectué et son porteur en est responsable. Pour vous permettre d’apporter les meilleurs soins et ainsi limiter tout risque, les soins vous sont expliqués en fin de séance. Il faut les suivre scrupuleusement.

4. Les aiguilles et les ensembles tubes/manchons utilisés lors de la séance sont stériles et à usage unique.

Les gants, rasoirs, capsules d’encre, abaisses langue, gobelets de rinçage, grommets, protections et draps d’examens sont à usage unique.

5. De quoi est faite l’encre ?

Les encres utilisées sont conformes aux normes françaises qui encadrent leur composition et leur étiquetage. Elles sont stériles à leur ouverture et portent chacune le détail de leur composition, une date de péremption ainsi qu’un numéro de lot pour garantir leur traçabilité.

Leur composition est organique pour une meilleure, une meilleure pénétration dans la peau, pour un meilleur éclat visuel ainsi qu’une meilleure tenue dans le temps. En général l’encre actuelle est :

  • pigment organique au code CI (charte du Colour Index)
  • eau déminéralisée
  • listérine ou glycérine
  • alcool

6. Contre-indications

Allergies, grossesse, croissance non terminée, pathologies diverses, présence de grains de beauté, traitement médical (prise d’anticoagulant…). Ne pas hésitez à prendre un avis médical.

Le tatouage est notamment déconseillé, ou nécessite l’avis d’un spécialiste, en cas de diabète (insulino-dépendants), hémophilie, eczéma, épilepsie, grossesse, allergie connue à certains produits (latex, pigments…).

Tout traitement médicamenteux est à signaler à votre tatoueur avant la première séance.
Avant une séance de tatouage, voire pendant les 3 jours qui précèdent, une pratique sportive intense est déconseillée.

7. Le soleil avant tatouage ?

Avant une séance de tatouage, évitez de vous exposer au soleil… plus votre peau brunit, plus la réalisation sera délicate, surtout si vous pelez …. Et en cas de coup de soleil… la douleur sera insupportable.

8. Peut-on se faire tatouer quand on est enceinte ?

Pendant une grossesse il est fortement déconseillé de se faire tatouer à cause des risques qui sont encourus par l’embryon : excès de création d’endorphine – stress – surplus de poids = dilatation de la masse dermique.

9. Bas de dos et péridurale ?

Certains anesthésistes refusent de pratiquer une péridurale en présence d’un tatouage dans cette zone, en targuant  le risque que l’encre puisse  pénétrer dans le liquide rachidien, mais la dangerosité n’a pas été démontré.

10. Les grains de beauté ou autres anomalies de peau sont-ils gênants pour tatouer?

Oui car il ne sera plus possible d’en surveiller la croissance, donc de détecter ou de suspecter la présence d’un mélanome.
Pour d’autres anomalies de pigmentation, telles que : vitiligo (tache sans pigmentation), tache mongolique (mélanocytes dans le derme), taches de rousseur : la réalisation d’un tatouage est possible.

11. Les allergies ?

  • Allergie au latex : demandez l’usage de gants en vinyle ou autre.
  • Allergie à la vaseline : demandez l’usage de n’importe quel autre corps gras, en vérifier également l’absence dans la composition de la pommade cicatrisante.
  • Allergie au nickel contenu dans les aiguilles : demandez l’usage d’aiguilles en carbone.

12. Peut-on faire une allergie à l’encre ?

Il existe toujours un risque éventuel d’allergie à un des composants de l’encre.
Mais si vous n’avez aucun antécédent allergique le risque s’en trouve amoindri : la composition de l’encre emploie  des produits de type hypoallergénique.

Dans le cas contraire, si vous présentez un risque allergique défini, demandez à votre tatoueur la composition exacte de ses encres, et consultez votre allergologue.

13. En cas de pilosité importante ?

Le rasage est effectué par le tatoueur au moment du tatouage !

14. Tatouage des cicatrices ?

  • Oui si elle est superficielle : écorchure, égratignure, point d’acné, séquelle de piqûre ;
  • Non si elle est récente : blessure profonde ou opération chirurgicale ayant nécessité la pose de points de sutures, séquelles de brûlures importantes, greffe de peau… Il faut attendre plusieurs mois, un an en général.

15. Comment bien réussir une séance de tatouage ?

Voici quelques consignes, pour être au top le jour venu :

  • bien dormir la veille,
  • prendre un bon repas avant (ou petit déjeuner, goûter),
  • évitez la prise d’alcool, de produits stupéfiants et de certains médicaments (psychotrope, aspirine…), car cela rendra plus sensible au niveau de la peau,
  • arrivez juste à l’heure, pas la peine de « stresser » dans la salle d’attente,
  • évitez d’arriver en « bande », mais n’hésitez pas à vous faire accompagner (sauf avis contraire en cas de mesures sanitaires générales, par exemple en cas de pandémie ou post pandémie,
  • si vous avez des doutes ou si vous voulez des renseignements de dernière minute, n’hésitez pas à en faire part,
  • adoptez une respiration ventrale : le ventre gonfle à l’inspiration et dégonfle à l’expiration, cela permet un meilleur contrôle de soi et une meilleure gestion de la douleur,
  • respirez calmement et éviter de vous agiter,
  • n’hésitez pas à demander une pause : cigarette, pause pipi, pause pour faire quelques mouvements: le plus douloureux peut être la position et l’immobilisme.

16. Soins et cicatrisation

  • Éviter de toucher la zone tatouée avec des mains sales.
  • Veiller à se laver les mains avant chaque application de produit sur la peau tatouée.
  • Préférez des vêtements amples et en coton (proscrivez la laine et le Nylon).
  • Lorsque c’est possible, laissez la peau tatouée à l’air libre.
  • Pendant 10 à 15 jours, appliquez la crème 1 à 2 fois par jour, par massage en fine couche (une surcharge pourrait provoquer une allergie).
  • Interdisez-vous le sauna, le hammam, les bains, la plage, la piscine, la mer et le soleil pendant toute la durée de la cicatrisation (en moyenne 2/3 semaines selon chaque individu).
  • Ne grattez pas votre tatouage : les petites peaux mortes tomberont d’elles-mêmes.

17. La cicatrisation avec application de pommade ou crème

Application de crème/pommade. À titre d’exemples : Bépanthène®, Biafine®, Cicaderma®, Cicatryl®, Homéoplasmine®, etc.

Soins post tatouage :

  • En premier, un lavage des mains est nécessaire
  • retirer le pansement, au besoin l’humidifier pour un retrait plus aisé
  • laver soigneusement le tatouage avec un savon antiseptique
  • sécher en tamponnant avec un essuie-tout ou une compresse non tissée
  • ne jamais utiliser de gant et serviette de toilette qui sont des nids à bactéries
  • appliquer 3 à 4 fois/jour jusqu’à cicatrisation  complète une pommade désinfectante, antiseptique, décongestionnante et cicatrisante, le tatouage doit être constamment hydraté
  • protéger les vêtements avec une compresse non tissée ou un essuie-tout, à cause du rejet d’encre des premiers jours et des auréoles que laisse la pommade, cela protège également le tattoo du frottement
  • ne pas arracher les croûtes qui se forment, car à chaque croûte qui part, c’est de l’encre qui part…. ce qui fera un trou dans le tattoo.

18. La cicatrisation en milieu humide

Mode de cicatrisation naturelle avec application d’un film sur le tattoo. Le tatouage pouvant être apparenté à une plaie sans infection et peu exsudative ; le film polyuréthane serait le pansement le plus approprié pour une cicatrisation en milieu humide.
La cicatrisation en milieu humide a pour avantages :

  • la surface de la plaie baigne dans l’exsudat, évitant la formation de croûtes
  • favorise la migration cellulaire
  • vitesse de cicatrisation x 2
  • moins de risque d’une éventuelle allergie aux différents composants des produits cicatrisants ou du sparadrap
  • moins de risque d’oubli d’application de crème/pommade
  • moins de souillure du linge de corps ou de maison
  • de limiter les frottements
  • pansement stérile
  • cicatrisation plus rapide
  • bains, piscine, plage autorisés
  • pour le soleil/UV voir auprès du fabriquant.

Les propriétés du film polyuréthane sont les suivantes :

  • ils sont transparents : ce qui permet un contrôle visuel de la zone,
  • ils sont semi-perméables : perméables aux échanges gazeux, imperméables aux liquides et aux bactéries,
  • ils sont souples et bien adaptables, ils ne gênent en rien les mouvements,
  • ils ont un pouvoir adhésif élevé,
  • ils adhèrent sur la peau saine mais pas sur la plaie,
  • ils assurent une protection mécanique contre les phénomènes de frottements,
  • ils favorisent la re-épithélialisation, la cicatrisation est plus rapide,
  • ils maintiennent un milieu humide et évitent ainsi la formation de croûtes.
  • Il existe des films polyuréthane sous différentes marques.

Méthodologie pour une cicatrisation en milieu humide :

  • dans les +/- 24 h 00, le liquide de détersion peut être important, en cas de fuites retirez le film, nettoyez le tattoo à l’eau claire et tamponnez pour sécher, ré-appliquez un film ;
  • dans les +/- 72 h 00, un rejet d’encre peut se présenter, agissez comme précédemment.
  • la durabilité du film polyuréthane est fonction du fabriquant ;
  • à la fin des « démangeaisons », retirez le film, appliquez une crème hydratante corporelle ;
  • le tattoo est cicatrisé !

19. Comment savoir si c’est cicatrisé ?

  • Cicatrisation en milieu humide : à la fin de la période de démangeaisons…Retirez le film et appliquez une crème hydratante.
  • Cicatrisation avec application de pommade ou crème : à la chute des croûtes…quand la peau est redevenue lisse, appliquez une crème hydratante.

20. Le rejet d’encre ?

  • Cicatrisation en milieu humide : dans les  48h suivant la réalisation du tatouage,  un petit rejet d’encre peut subvenir, s’il devient plus important et suinte hors du film, changez ce dernier après avoir rincez le tatouage  à l’eau courante.
  • Cicatrisation avec application de pommade ou crème : c’est normal, c’est l’excès d’encre qui s’évacue, cela dure comme l’inflammation de 3 à 4 jours.

21. Les croûtes ?

  • Cicatrisation en milieu humide : du fait que le tatouage est en milieu humide, il ne peut pas y avoir de croûtes.
  • Cicatrisation avec application de pommade ou crème : s’il y a des croûtes, c’est que vous avez économisé la pommade… Ne pas arracher les croûtes. Les croûtes tomberont toutes seules à la fin de la cicatrisation.

22. Pertes de petites peaux de couleurs ?

  • Cicatrisation en milieu humide : les petites peaux de couleurs sont simplement du rejet d’encre.
  • Cicatrisation avec application de pommade ou crème : c’est que vous avez bien suivi les consignes…
    Ce sont des croûtes fines et molles qui partent au fur et à mesure lors de l’application de la pommade ou de la douche…

23. Le tatouage est enflé, après sa réalisation ?

C’est normal, la peau est inflammée, mettez :

  • soit de la pommade anti-inflammatoire et cicatrisante ; l’inflammation ne durera que 3 à 4 jours
  • soit un film polyuréthane ; l’inflammation ne durera qu’une journée
  • si c’est vraiment douloureux vous pouvez prendre un antalgique de type «ibuprofène® » ou « paracétamol® » surtout pas « d’aspirine® »  qui fluidifie le sang.

24. Tattoo en relief ?

Si votre tatouage est boursouflé en permanence, c’est  un excès d’encre et il n’y a rien à faire.
Si votre tatouage est boursouflé avec des cicatrices blanches : il peut s’agir d’erreurs dans l’exécution du tattoo.

25. Le tatouage est enflé, mais il est cicatrisé ?

En cas de fatigue ou de stress le tatouage peut être en relief, n’oubliez pas qu’un tattoo, c’est l’introduction dans le derme d’un corps étranger qui a une certaine consistance, alors de temps à autre il se rappelle à votre bon souvenir.

Si cela vous démange, ne le grattez pas : il va enfler encore plus, appliquez un peu d’eau froide ou une poche glacée, cela devrait apaiser les démangeaisons. Cela peut également se produire si le tatouage a été exposé au soleil sans protection, ou s’il est soumis à des frottements importants, notamment en bas de dos avec des jeans taille basse.

26. Que faire si une éruption cutanée apparaît?

Cela peut être dû :

  • à la pommade cicatrisante (souvent à base de vaseline)  →  changez pour une pommade moins grasse
  • à une allergie au sparadrap → optez pour un sparadrap hypoallergénique

Si vous avez opté pour le film polyuréthane stérile, il se peut que vous fassiez une réaction à l’adhésif ou que vous ayez transpiré sous le pansement, dans tout les cas ôtez le pansement et appliquez une crème ou pommade antiseptique.
Sinon consultez un professionnel de la santé qui vous indiquera la conduite à tenir.

27. Réaction inflammatoire

Il est normal d’observer une réaction inflammatoire (rougeur et parfois gonflement) dans les jours qui suivent la réalisation du tatouage. Ces symptômes disparaissent en moins d’une semaine.
La cicatrisation définitive est ensuite obtenue dans des délais qui varient en fonction de l’emplacement du tatouage, de votre état général et de vos antécédents médicaux.
Le délai moyen de cicatrisation est de 2 à 3 semaines.

La persistance au-delà d’une semaine ou l’accentuation des symptômes, l’association d’au moins trois signes parmi l’érythème (rougeur), l’œdème (gonflement), la douleur, la fièvre, un écoulement purulent, signent la présence d’une infection et nécessitent la consultation d’un médecin.

28. Pourquoi il y a parfois des manques de couleurs ?

La couleur ne sera jamais aussi vive qu’au premier jour, du fait que l’épiderme s’est reconstitué après complète cicatrisation, cela agit comme un filtre visuel.

Il peut arriver que des peaux prennent plus ou moins bien l’encre, mais aussi parfois au bout d’une longue séance la peau » refuse » l’encre, pour y remédier il faudra repiquer plusieurs fois.
Pas de problème il suffit de reprendre RDV pour une séance après cicatrisation.

Les manques ne sont pas irrémédiables, des retouches sont toujours possibles, et en général sur de grand aplat de couleur tel que  le noir pour le tribal, il est préférable de faire un 2ème passage après cicatrisation afin de combler d’éventuels manques et ainsi colorier au maximum le tattoo pour que les outrages du temps glissent sur sa beauté.

29. La couleur varie-t-elle au fil du temps ?

  • Soit à cause d’une mauvaise colorisation d’origine,
  • soit du fait que le tatouage est vieux et que l’encre de l’époque « tient » moins bien que les modernes « pré-dispersées »,
  • soit dû à l’exposition au soleil,
  • soit à cause de l’altération du temps.

Il est toujours possible de recolorer un tattoo défraîchi, de le raviver.

30. Si le tatouage « pèle » est-ce normal ?

C’est qu’il est en fin de cicatrisation, que les croûtes sont parties et que çà desquame, il suffit d’appliquer un lait corporel, pour hydrater la peau et la rendre aussi lisse et douce qu’avant mais plus belle maintenant qu’elle est ornementée…

31. Ça démange

  • Soit il est en cours de cicatrisation, et c’est normal, mais il ne faut surtout pas le gratter, cela risque  d’arracher des croûtes donc de la couleur. Appliquez de l’eau froide et de la pommade  cicatrisante, s’il est sous film stérile.
  • Soit il est cicatrisé….alors là regardez à « le tatouage est enflé ».

32. La sueur

La transpiration n’a aucune incidence sur le tattoo et sur sa cicatrisation.
L’encre est dans le derme donc le tatouage ne risque pas d’être dilué par la sueur.

33. Peut-on aller à la plage après ?

Durant la cicatrisation, la plage est interdite du fait que le tattoo est considéré comme une plaie, donc une porte ouverte aux infections…. Et le sable est plein de bactéries, microbes, champignons en tout genre… Alors même couvert évitez la plage.

Sinon privilégiez la cicatrisation en milieu humide par application d’un film polyuréthane stérile, bains et plage sont autorisés, pour les UV consultez le fabricant.

34. Le soleil après tatouage ?

Les rayons UV sont néfastes pour la couleur d’un tattoo, ainsi que pour un tatouage en noir.
Les UV vont décolorer votre tattoo, et cela très rapidement sur les couleurs claires.

Après cicatrisation de votre tattoo, en cas d’exposition, protégez vous avec une crème solaire, type écran total, indice max pour bébé. Attention le soleil frappe partout, en voiture, à pied, dans la rue, à la terrasse d’un café.

35. Quelles sont les conséquences d’un coup de soleil sur un tatouage?

Si votre tattoo est complètement cicatrisé, il va gonfler, appliquez une crème après solaire ou de la « biafine® » pour hydrater la peau. Tant qu’il n’y a pas de brûlures, il n’y a aucun risque en dehors de décolorer votre tattoo.

Si votre tattoo est en phase de cicatrisation, vous risquez une infection avec éventuellement un écoulement purulent….là courrez chez le médecin, il vous donnera un traitement à suivre. Quant au tattoo…il ne va pas bien le vivre, des retouches seront nécessaires voire la reprise complète.

36. Le henné noir ?

Certains « shops » proposent du tatouage au henné noir, mais ce produit  n’est pas naturel, le henné noir n’existe pas.
Faites attention que ce produit ne contienne pas de Paraphénylène-diamine  qui est un agent chimique ; à forte concentration, certaines personnes dont les enfants  peuvent y être sensible et en devenir allergique alors que ce produit sert d’agent de teinture pour tout ce qui est de couleur  noire et qui est en contact avec la peau : vêtement, chaussure, sous-vêtement, teinture à cheveux…
Ce procédé peut être dangereux pour la santé ! Les séquelles et l’allergie resteront à vie !
Plusieurs articles dans la presse ou sur Internet sont assez édifiant…
Le henné naturel pur ne cause aucune lésion et est sans risque pour la peau.